That-Which-Rolls (early forms of rollin' rocks)

A theater performance / play in 3 parts -


This theater / performance / play in 3 acts is based on the writings and person of Alfred Jarry (died in 1907) a key figure in what became known as Absurd Theater around the turn of the 19th century Europe.

That-Which-Rolls works with the novel The Supermale by Alfred Jarry and a short text entitled Passion Considered as an Uphill Bicycle Race.  Both texts share as their main subject the bicycle. In Supermale written in 1902 we take part in a Ten Thousand Miles Race with cycles - a quintuplet competing against a high speed train and see the introduction of the performance enhancing drug Perpetual Motion Food. This drug is also related to the yet another 'impossible' supermale act, a 24 Hours sexual performance that should outnumber all given examples found in literature.

The first act is about 15 minutes long and is acted in a traditional manner by 5 actors presenting text. The opening sentence is: The act of love is without importance since it can be made indefinitly. These dialogues introduce all the subjects: the question about the limits of human performance, i.e. sexual performance, Perpetual Motion Food, the Ten Thousand Miles Race. The dialogs are extracted from the novel The Supermale. The actors are standing towards the public and exchange in a very minimal way their dialogs. At one point, I ad a dialog to Jarry's text to accommodate an extra-ordianary tall actor who measures 2.25 cm, 'resulting' from early failed stages of experimenting with Perpetual Motion Food. There is no decorum.

The second act, about 25 minutes long, consists of the presentation of major parts of the chapter of the Ten Thousand Miles Race, from Vladivostok to Paris. A quintuplet - five bicyclists on a single bicycle - competes against a high speed train (interesting enough, Jarry anticipated the TGV, France's high speed bullet train running approximately at the speed of 250 km an hour predicted in the train). The rew is fed exclusively by Perpetual Motion Food. Here the actors are sitting on a bicycle put on a stand and pedal while reading the text altering between each other. One actor is dying but his drug filled body keeps pedaling. The texts thus ‘travels' from actor to actor in a mechanical matter, line after line: each actor will read a text-line the way it is printed before it is taken up but the next. A mysterious sixth rider is winning the context - most likely the mysterious supermale with whom Alfred Jarry identifies.

The third part, lasting about 6 min, is dealing with the erotic experiment of the text, the 24 Hour love making that is counted by the doctor sitting in front of the peep hole door. On stage we will not present anything textual taken from the Supermale but instead present the short non-erotic text Passion Considered as an Uphill Bicycle Race in which Jarry plays with his religious background and makes Jesus Christ a cyclist being killed on a wheel. While the text will be presented by speakers we see 4 clists trying to quarter, to pull a part a naked woman in four directions. In front of all this, a transparent door will stand with the outlines of the hole taken from Duchamp's Etant Donnee.

Quartering with horses was an old method of torture and equivalent to wheeling and crossing, the way, Jesus Christ was killed. Jarry's text insinuates both methods. In the stage version quartering is taken literally with Christ played by a woman which allows me not only to allude to the gender specific ambiguity Alfred Jarry is known for, but also to link the Passion text with the Supermale text and open it up for further associations, in particular to the famous piece by Marcel Duchamp Etant Donnee. This third act will end with a still image which restages his famous Philadelphia piece. Instead of the gas lamp the bicycles remain on the stage. Like in the 24 Hours text segment of the Supermale a glass piece is scattered and signify the end, alluding also to Duchamp's work. (In Jarry's texts, glass breaks in various love scenes, something Duchamp could have picked up from him).

Today's omnipresent use of performance enhancing drugs and steroids in sports and beyond and the phenomenon of Viagra make Alfred Jarry a visionary who was able to anticipate what not only has become a dangerous cultural phenomenon but also a worldwide multi-billion dollar business calling into question the very nature of what is a human being. The bicycle at the time of Jarry was a modern driving machine enabling independent mass mobility for the first time. Still today, it hasn't lost any of its utopian promise and power and needs to be seen as an alternative to fuel burning vehicles. As it is assumed in the streets, access to oil is at the center of the tragic ongoing conflicts in the middle east leading to war and torture. This play is conceived as a love declaration not to drugs but to bicycles and a culture of cycling. The Don't make war, make love slogan should be updated to Don't use Humvees, use bicycles. Last but not least, it is a pleasure to play with histories and legacies to rewrite them to spin them differently.

This play is brought to you by:





Idea, concept, director: Rainer Ganahl

actors: Guillaume Bailliart, Julian Eggericks, Pierre-Jean Etienne, Fabricia Martins, Gregoire Monsaingeon, Rainer Ganahl

assistant to the directeur: Funny De Chaille




dialogs, extracted from the first part of SUPERMALE - spoken by 5 actors

This is a purely theatrical piece based on the first chapter of Alfred Jarry's the SUPERMALE. In this chapter, entitled "THE HIGHEST BIDDER", we encounter Andre Marcueil, the main protagonist, 30 years of age, the supermale that is "so absolutely the average man that his very ordinariness became extraordinary." This character suffers nontheless some problems, one is his hight: like Alfred Jarry, who was exceptionally short, Marcueil is also short; and a not so common problem discovered already in his youth: "something, below the belt, was making an unsightly bulge" . In order to overcame that later thing, he "remained assiduously chaste ..took bromides and various other preparations and tried to exhaust himself by physical exercice" - all things, that really didn't help much.

The other characters taken from the HIGHES BIDDER - and will all be worked into a dialog - are: the American chemist and inventor of PERPETUAL MOTION FOOD William Elson; his beautiful young daughter Ellen (who is assigned the main role in the chapter about the consumption of Marcueil's sexual bid); the millionaire engineer, manufecturer of automobiles and aircrafts, Arhtur Gough; the Doctor Bathybius and some other figures.

the introduction of PERPETUAL MOTION FOOD; the TEN-THOUSAND-MILES RACE; and the 24-Hour SEXUAL MARATHON to proove that main introductory sentence of the book: "the act of love is of no importance, since it can be performed indefinitely". The "Indian" ("India is the land of aphrodisiacs") will consume the lover 82 times under the eyes of the doctor.

see dialog below:






This act works with parts of the paragraph "The Ten-Thousand-Mile Race" by Alfred Jarry taken from the book The Supermale. (1902)

5 bicyclists - nurished only by PERPETUAL MOTION FOOD - sitting in a row on bicycles fixed on bike stands cycling and reading at the same time in a certain choreography and rhythm. During the run, a cyclist dies but his PERPETUAL MOTION FOOD filled body continues to pedal to the end.

there is also an extra bicyclist: like the winner in the 10.000 miles race (assumed to be André Marcueil - the person who sets up all these extravaganzas and walks over dead bodies: a bicyclist dies during the race but the race continues; a woman is found dead in Marceuil garden, killed by an overdoese of sex - basicallly raped to death -- this sinister ending is never attributed to the "Indian" or Marcueil but strongly associated since that was Marcueils "thing".

In the book, the 5 bicyclists are forced into a bicycle machine - the quintuplet - that competes against a train, from the Japanese Sea to Paris. The bicyclist crew surpasses the train, beats the train but the actual winner is an indivdual that remains ingognito but the reader understands that it is hte main protagonist, the adventurist André Marcueil.





here .. with the 6th mysterious 'winner' of the book SUPERMALE



4 bicyclistes tearing one woman apart...a naked female "Jesus" wiht the text THE PASSION CONSIDERED AS AN UPHILL BICYCLE RACE (see below) spoken by an actor by played back from speakers. This part stands in as the concluding act from "LE SURMALE / SUPERMALE" and can be seen as its "consumption" instead of the 82 times, the "Indian" was doing it - observed and counted down through a peephole by doctor baltibius. This takes place in front of a large glass with outlines taken from the Duchamps work Etant Donnee.

After about 2 minutes of pulling her, the bicyclists let her go and she took up the position as in the Etant Donnee while the text went on and concluded.



DO NOT PUBLISH THIS IMAGE without THE WRITTEN consent of Rainer Ganahl


DO NOT PUBLISH THIS IMAGE without THE WRITTEN consent of Rainer Ganahl


DO NOT PUBLISH THIS IMAGE without THE WRITTEN consent of Rainer Ganahl

bike duchamps


The Passion Considered
as an Uphill Bicycle Race
by Alfred Jarry

Barabbas, slated to race, was scratched.

Pilate, the starter, pulling out his clepsydra or water clock, an operation which wet his hands unless he had merely spit on them -- Pilate gave the send-off.

Jesus got away to a good start.

In those days, according to the excellent sports commentator St Mathew, it was customary to flagellate the sprinters at the start the way a coachman whips his horses. The whip both stimulates and gives a hygienic massage. Jesus, then, got off in good form, but he had a flat right away. A bed of thorns punctured the whole circumference of his front tyre.

Today in the shop windows of bicycle dealers you see a reproduction of this veritable crown of thorns as an ad for puncture-proof tyres. But Jesus's was an ordinary single-tube racing tyre.

The two thieves, obviously in cahoots and therefore 'thick as thieves', took the lead.

It is not true that there were any nails. The three objects usually shown in the ads belong to a rapid-change tyre tool called the 'Jiffy'.

We had better begin by telling about the spills; but before that the machine itself must be described.

The bicycle frame in use today is of relatively recent invention. It appeared around 1890. Previous to that time the body of the machine was constructed of two tubes soldered together at right angles. It was generally called the right-angle or cross bicycle. Jesus, after his puncture, climbed the slope on foot, carrying on his shoulder the bike frame, or, if you will, the cross.

Contemporary engravings reproduce this scene from photographs. But it appears that the sport of cycling, as a result of the well-known accident which put a grievous end to the Passion race and which was brought up to date almost on its anniversary by the similar accident of Count Zborowski on the Turbie slope -- the sport of cycling was for a time prohibited by state ordinance. That explains why the illustrated magazines, in reproducing this celebrated scene, show bicycles of a rather imaginary design. They confuse the machine's cross frame with that other cross, the straight handlebar. They represent Jesus with his hands spread on the handlebars, and it is worth mentioning in this connection that Jesus rode lying flat on his back in order to reduce his air resistance.

Note also that the frame or cross was made of wood, just as wheels are to this day.

A few people have insinuated falsely that Jesus's machine was a draisienne, an unlikely mount for a hill-climbing contest. According to the old cyclophile hagiographers, St. Briget, St. Gregory of Tours, and St. Irene, the cross was equipped with a device which they name suppendaneum. There is no need to be a great scholar to translate this as 'pedal'.

Lipsius, Justinian, Bosius, and Erycius Puteanus describe another accessory which one still finds, according to Cornelius Curtius in 1643, on Japanese crosses; a protuberance of leather or wood on the shaft which the rider sits astride -- manifestly the seat or saddle.

This general description, furthermore, suits the definition of a bicycle current among the Chinese: "A little mule which is led by the ears and urged along by showering it with kicks."

We shall abridge the story of the race itself, for it has been narrated in detail by specialized works and illustrated by sculpture and painting visible in monuments built to house such art.

There are fourteen turns in the difficult Golgotha course. Jesus took his first spill at the third turn. His mother, who was in the stands, became alarmed.

His excellent trainer, Simon the Cyrenian, who but for the thorn accident would have been riding out in front to cut the wind, carried the machine.

Jesus, though carrying nothing, perspired heavily. It is not certain whether a female spectator wiped his brown, but we know that Veronica, a girl reporter, got a good shot of him with her Kodak.

The second spill came at the seventh turn on some slippery pavement. Jesus went down for the third time at the eleventh turn, skidding on a rail.

The Israelite demi-mondaines waved their handkerchiefs at the eighth.

The deplorable accident familiar to us all took place at the twelfth turn. Jesus was in a dead heat at the time with the thieves. We know that he continued the race airborne -- but that is another story.





dialog: frist act:

MARCEUIL : L'amour est un acte sans importance, puisqu'on peut le faire indefiniment.


(Tous tournerent les yeux vers celui qui venait d'emettre une telle absurdite)


BATHYBIUS s'empressant de changer la conversation : il fait froid ce soir !


GOUGH : Oui...


MARCEUIL le coupant, reprend : je parle serieusement, messieurs.


LA FEMME minaudant : je croyais que l'amour etait un sentiment.


MARCEUIL :Peut-être, madame. Il suffit de s'entendre sur... ce qu'on entend... par sentiment.


LA FEMME : c'est une impression de l'ame


BATHYBIUS : j'ai lu quelque chose de semblable chez des philosophes spiritualistes dans mon enfance PAUSE

Une sensation affaiblie : honneur aux associationnistes anglais !


MARCEUIL : Je serais presque de l'avis du docteur : un acte attenue, probablement, c'est a dire : pas tout a fait un acte, ou mieux : un acte en puissance.


LA FEMME : Si l'on admet cette definition , l'acte realise exclurait l'amour ?


MARCEUIL : Assurement non

Assurement non, s'il succede toujours a l'acte accompli un autre acte qui garde ceci de... sentimental qu'il ne s'accomplira que tout a l'heure.


Plusieurs ne peuvent s'empêcher de sourire


MARCEUIL : C'est un fait observe, que les êtres les plus debiles sont ceux qui s'occupent le plus – en imagination – des exploits physiques.


BATHYBIUS objectant avec sans froid : mais la repetition d'un acte vital amene la mort des tissus, ou leur intoxication, que l'on appelle fatigue.


MARCEUIL avec gravite : La repetition produit l'habitude et l'habi...lete


GOUGH : Hurrah ! L'entrainement


William Elson : Le mithridatisme


GOUGH : l'exercice


LA FEMME : Portez...arme ! Une, deux, trois.


MARCEUIL : C'est parfait, mademoiselle, si vous voulez bien continuer de compter jusqu'a epuisement de la serie indefinie des nombres.


LA FEMME : Ou, pour abreger, des forces humaines


MARCEUIL : les forces humaines n'ont pas de limites, madame


BATHYBIUS : Vouliez vous dire qu'il y a des organes qui travaillent et se reposent presque simultanement, et donnent l'illusion de ne s'arrêter jamais ?...


William Elson : Le cœur, restons sentimentaux


BATHYBIUS : ...Qu'a la mort


MARCEUIL : Cela suffit bien a representer un labeur infini : le nombre de diastoles et systoles d'une vie humaine ou même d'un seul jour depasse tous les chiffres imaginables.


BATHYBIUS : Mais le cœur est un systeme de muscles tres simple


GOUGH : Mes moteurs s'arrêtent bien quand ils n'ont plus d'essence


William Elson : On pourrait concevoir, un aliment du moteur humain qui retarderait indefiniment, le reparant a mesure, la fatigue musculaire et nerveuse. J'ai cree depuis peu quelque chose de ce genre...


BATHYBIUS : Encore, votre Perpetual-Motion-Food ! Vous en parlez toujours et on ne le voit jamais. Je croyais que vous deviez en envoyer a notre ami...


MARCEUIL : Quoi donc ? Vous oubliez, mon cher, qu'entre autres infirmites j'ai celle de ne pas comprendre l'anglais.


William Elson : L'aliment –du-Mouvement-perpetuel


BATHYBIUS : C'est un nom allechant. Qu'en pensez-vous, Marceuil ?


MARCEUIL s'inclinant vers Bathybius : Vous savez bien que je ne prends jamais de medecine...quoique mon meilleur ami soit medecin


BATHYBIUS grommelant : Il affecte vraiment trop de rappeler qu'il ne sait rien ni ne veut rien savoir, et qu'il est anemique, cet animal


MARCEUIL a william Elson : C'est une chimie peu necessaire, je crois. Des systemes de muscles et de nerfs complexes jouissent d'un repos absolu, il me semble, pendant que leur < symetrique > travaille. On n'ignore point que chaque jambe d'un cycliste se repose et même beneficie d'un massage automatique, et aussi reparateur que n'importe quelle embrocation, pendant que l'autre agit...


BATHYBIUS : Tiens ! où avez-vous appris cela ? Vous ne cyclez pas, pourtant ?


MARCEUIL : Les exercices physiques ne me vont guere, mon ami, je ne suis pas assez ingambe


BATHYBIUS : Allons, c'est un parti pris : ne rien savoir, au physique et au moral... Mais pourquoi ? C'est vrai qu'il a une fichue mine.


William Elson a Marceuil : Vous pouvez juger des effets du Perpetual-Motion-Food sans vous astreindre a l'ennui d'y goûter, et en restant simple spectateur de performances physiques. Apres demain a lieu le depart d'une course, où une equipe cycliste en sera exclusivement alimentee. S'il ne vous depaît pas de me faire l'honneur d'assister a l'arrivee...


MARCEUIL : Contre quoi court-elle cette equipe ?


GOUGH : Contre un train. Et j'ose pretendre que ma locomotive atteindra des vitesses qu'on n'a point encore rêvees.


MARCEUIL : Ah... ? et ce sera long ?


GOUGH : Dix mille milles


William Elson : Seize mille neuf cent trente kilometres


LA FEMME : Des nombres pareils, ca ne veut rien dire


GOUGH : Plus loin que la distance de Paris a la mer du Japon. Comme nous n'avons pas, de Paris a Vladivostock, la place de nos dix mille milles exactement, vous virons aux deux tiers de la route, entre Irkoutsk et stryensk.


MARCEUIL : En effet, ainsi on verra l'arrivee a Paris, ce qui vaut mieux. Au bout de combien d'heures ?


GOUGH : nous prevoyons cinq jours de parcours


MARCEUIL : C'est beaucoup de temps


Haussement d'epaules de GOUGH et Elson


MARCEUIL : Je veux dire qu'il serait plus interessant de suivre la course que d'attendre l'arrivee


William Elson  : Nous emmenons deux wagons-lits. A votre disposition. Nous ne sommes d'autres passagers, independamment des mecaniciens, que ma fille, moi-même et Gough.


GOUGH : Ma femme ne part pas. Elle est trop nerveuse.


MARCEUIL : Je ne sais pas si je suis, moi aussi, nerveux, mais je suis sûr d'avoir toujours le mal de mer en chemin de fer, et peur des accidents. A defaut de ma sedentaire personne, que mes vœux vous accompagnent.


William Elson insistant  : Mais vous verrez au moins l'arrivee ?


MARCEUIL scandant ses mots d'une facon bizarre : Au moins l'arrivee, je tacherai


BATHYBIUS : Qu'est ce que c'est que votre Motion-Food ?


William Elson : Vous pensez bien que je ne peux pas le dire...sinon que c'est a base de strychnine et d'alcool


BATHYBIUS : La strychnine, a haute dose, est un tonique, c'est bien connu ; mais de l'alcool ? pour entraîner des coureurs ? Vous vous fichez de moi, je ne suis pas pres de mordre a vas theories


GOUGH : Nous nous eloignons du cœur il me semble


MARCEUIL : Messieurs, remontons


LA FEMME : Les forces amoureuses humaines sont infimes sans doute, mais, comme le disait l'un de ces messieurs il ya un instant, il s'agit de s'entendre ; donc il serait interessant de savoir a quel point de...la serie indefinie des nombres le sexe masculin place l'infini.


BATHYBIUS : J'ai lu que Caton l'ancien l'elevait jusqu'a deux, mais c'etait une fois en hiver et une fois en ete.


LA FEMME : Il avait soixante ans, mon ami, n'oubliez pas


William Elson : c'est beaucoup...


LA FEMME : Dans les Travaux d'Hercule, le roi Lysius propose a l'Alcide, pour une même nuit, ses trente filles vierges, et chante sur la musique de Claude Terrasse :


                  Trent', pour toi qu'est-ce ? A peine un jeu,

                  Et c'est moi qui m'excus' de t'en offrir si peu !


GOUGH : ca ce chante


BATHYBIUS : Donc ca ne vaut pas la peine...


MARCEUIL l'interrompant : ...D'être fait. Et puis, est-on sûr que le chiffre soit seulement trente ?


BATHYBIUS : Si mes souvenirs classiques sont exacts, les auteurs des Travaux d'Hercule auraient humanise la mythologie : je crois qu'on lit dans Diodore de Sicile : Herculaneum una nocte quinquaginta virgines mulieres reddidisse.


LA FEMME : Ca veut dire ?


BATHYBIUS : Cinquante vierges


MARCEUIL : Ce même Diodore, mon cher docteur, mentionne un  certain Proculus


BATHYBIUS : Oui, l'homme qui se fit confier cent vierges sarmates et pour les < constuprer > dit le texte, ne demanda que quinze jours.


MARCEUIL : c'est dans le Traite de la Vanite de la Science, chapitre trois. Mais quinze jours ! Pourquoi pas a trois mois d'echeance ?


William Elson : Les Milles Nuits et Une Nuit, content que le troisieme saalouk, fils de roi, posseda quarante fois chacune, en quarante nuits, quarante adolescentes.


GOUGH : Ce sont des imaginations orientales


BATHYBIUS : Autre article d'Orient qui n'est pas article de foi quoique consigne dans un livre sacre : Mahomet, en son Coran, se vante de reunir en sa personne la vigueur de soixante hommes.


LA FEMME : Cela ne veut pas dire qu'il pût faire soixante fois l'amour


GOUGH : Personne n'encherit plus ? Je crois que nous jouons a la manille ? Et ce jeu-ci est moins serieux. Je m'abstiens.


LA FEMME criant : Oh ! Quand vous etiez en Afrique, pourtant ?


GOUGH : En Afrique ? C'est different. Mais je n'y ai pas ete pendant la guerre. Il peut y avoir des viols, une fois ou deux, pendant la guerre ...


William Elson : Une fois ou deux ? C'est un chiffre, ce sont mêmle deux chiffres, mais precisez lequel


GOUGH : Facon de parler ! je continue. Donc, je n'ai ete en Afrique qu'en temps de paix ; et quel est le devoir d'un militaire francais a l'etranger en temps de paix ? Est ce de se conduire comme un sauvage ou n'est ce pas plutôt d'importer la civilisation et, ce qu'elle a de plus seduisant, la galanterie francaise ? Aussi, quand les moukeres d'Alger apprennent l'arrivee de nos officiers, ca les change des brutes d'Arabes qui ne connaissent point les bonnes manieres, et elles s'ecrient : < Ah ! voila les Francais, il vont... >


William Elson : Monsieur, j'ai une fille


GOUGH : Mais il me semble que notre conversation jusqu'a present avec tous ces chiffres...


LA FEMME : Vous parlez affaires, messieurs ?


William Elson fit signe a la femme de s'eloigner


MARCEUIL : Nous aurions dû commencer par consulter le docteur, messieurs dames, au lieu d'avoir la patience d'ecouter toutes ces vilaines technicites.


BATHYBIUS :  J'ai observe, a Bicêtre un idiot, epileptique en outre, qui s'est livre toute sa vie, laquelle dure encore, a peu pres sans interruption a des actes sexuels. Mais... solitairement, ce qui explique bien des choses.


LA FEMME : Quelle horreur !


BATHYBIUS  : Je veux que l'excitation cerebrale explique tout


LA FEMME : Alors, ce sont les femmes qui vous la coupent ?


BATHYBIUS : Je vous ai prevenue que c'etait un idiot, mademoiselle.


LA FEMME : Mais...vous parliez de ses... capacites cerebrales ! Alors il n'etait pas si idiot que ca


BATHYBIUS : Ce n'est d'ailleurs pas le cerveau, c'est la moelle qui est le centre de ces emotions la


MARCEUIL : Sa moelle avait du genie


LA FEMME : Mais... comme nous ne sommes pas a Bicêtre...en dehors de Bicêtre ?



Pour les medecins, les forces humaines sont de neuf ou de douze au plus en vingt-quatre heures, et exceptionnellement


William Elson : A l'apôtre des forces humaines illimitees de repondre a la science humaine


MARCEUIL : Je regrette, je regrette de ne pouvoir accommoder sans la fausser ma conviction a l'opinion mondaine et a la science ; les savants, vous l'avez entendu, s'en tiennent a l'avis des sauvages du centre de l'Afrique, lesquels, pour exprimer les nombres superieurs a cinq – qu'il s'agisse de six ou de mille – agitent leurs dix doigts en disant : < beaucoup, beaucoup > ; mais je suis persuade en effet que c'est


                  ...a peine un jeu,


non seulement d'epouser les trente ou les cinquante filles vierges du roi Lysius, mais de battre le record de l'indien < tant celebre par Theophraste, Pline et Athenee >, lequel, rapporte d'apres ces auteurs Rabelais, < avec l'aide de certaine herbe le faisait en un jour soixante-dix fois et plus >.


GOUGH : Soixante dix...en deux fois ?


BATHYBIUS : Septuageno coitu durasse libidinem contacta herbae cujusdam

Je crois que c'est la phrase de Pline, d'apres Theophraste.


GOUGH : L'auteur des Caracteres ?


BATHYBIUS : He non ! L'auteur de l'Histoire des plantes et des Causes des Plantes.


MARCEUIL : Theophraste d'Erese, au vingtieme chapitre du livre IX de l'Histoire des Plantes.


William Elson : < Avec l'aide de certaine herbe ? >


BATHYBIUS : Herbae cujusdam cujus nomen genusque non posuit. Mais Pline, livre III, chapitre XXVIII, infere que ce serait de la moelle des branches de tithymalle.


LA FEMME : Nous voila bien avances ; c'est encore moins clair que d'ecrire : une certaine herbe.


MARCEUIL : Il est plus agreable de croire, que la < certaine herbe > a ete ajoutee par un copiste de complexion timide, afin de matelasser l'esprit des lecteurs contre une stupeur qu'il eût jugee trop vive.


LA FEMME : Avec ou sans herbe... en un jour ? C'est a dire un seul jour, unique, dans la vie d'un homme ?


MARCEUIL : Ce qu'on fait en un jour, on peut, a plus forte raison, le faire tous les jours... l'accoutumance...Mais si cet homme etait tres exceptionnel, il est en effet possible qu'il ait reussi a se confiner dans l'ephemere... On peut supposer aussi qu'il occupait son temps de pareille maniere tous les jours et qu'il n'a admis qu'une fois des spectateurs


LA FEMME : un indien ? Un homme rouge avec un tomahawk et des scalps, comme dans Fenimore Cooper ?


MARCEUIL : Non, mon enfant : ce que nous appelons aujourd'hui un hindou ; mais le pays n'y fait rien. Je suis de votre avis, cette phrase de Rabelais sonne majestueusement : < indien tant celebre par theophraste >, et il serait regrettable que ce ne fût pas un vrai indien, Delaware ou Huron, afin de realiser votre decor imaginaire.


BATHYBIUS : Un Hindou ? Au fait, si l'invraisemblance n'etait pas si flagrante...L'Inde est le pays des aphrodisiaques.


MARCEUIL : La chapitre XX du livre IX de Theophraste d'Erese est en effet consacre aux aphrodisiaques, mais je vous repete que je crois que ni la drogue ni la patrie n'ont d'importance, et qu'il y aurait même plus de raisons pour qu'un homme blanc...Mais (a part) d'un homme de pays singuliers on jugerait la prouesse moins singuliere, moins incroyable... puisqu'il paraît que  c'est une prouesse... !

Dans tous les cas, ce qu'un homme a fait, un autre peut le faire.


LA FEMME : Savez vous bien qui a dit le premier ce que vous ruminez la ?


MARCEUIL : Ce que... ?


LA FEMME : Justement, votre phrase : <  Ce qu'un homme a fait... >


MARCEUIL : Ah ! oui, mais je n'y pensais pas. Cela est ecrit... parbleu, dans les Aventures du Baron de Münchhausen.


GOUGH : Je ne connais pas cet allemand


LA FEMME : Un colonel, general, un colonel de hussards rouges... en francais


GOUGH : J'y suis : histoires de chasse


LA FEMME : En verite, monsieur, il etait impossible d'insinuer plus spirituellement que le record de l'indien ne serait battu que par...voyons...cet autre Peau-Rouge, un hussard..rouge ayant beaucoup d'imagination !


BATHYBIUS : C'est donc la où vous vouliez en venir et où... vous nous avez fait naviguer ! Vous avez fort habilement clos les encheres en mettant comme...


LA FEMME : plus offrant, allez donc


GOUGH : ...Quelqu'un a qui les...paroles ne coûtent rien. Il suffit d'avoir la langue bien pendue


LA FEMME : Comme en Afrique. J'ai dit une bêtise


MARCEUIL : Messieurs, je crois que le colonel baron de Münchhausen a fait tout ce qu'il a dit, et au dela


LA FEMME : Alors, ce n'est pas fini, les encheres ?

Ca devient un peu rasant


BATHYBIUS : Voyons, Marceuil, il est insense qu'un homme saute a cheval un etang, comme ce mythique baron, fasse volte-face au milieu s'apercevant qu'il n'a pas pris assez d'elan, et se ramene, lui et son cheval, au rivage en se soulevant a la force du poignet par sa propre queue ?


GOUGH : Les militaires portaient en ce temps-la, a l'odonnance, < tous les cheveux dans la queue >


BATHYBIUS : ...Cela est contraire a toutes les lois physiques


GOUGH : cela n'a rien d'erotique


MARCEUIL : Ni d'impossible


LA FEMME : Monsieur se moque de vous


MARCEUIL : Le baron n'a eu qu'un tort : c'etait de raconter apres ses aventures. S'il est, je le veux bien, assez etonnant qu'elles lui soient arrivees...


LA FEMME : Sûr !


BATHYBIUS : En supposant, bien entendu, qu'elles lui soient arrivees


MARCEUIL : S'il est etonnant qu'elles lui soient arrivees, il l'est beaucoup moins qu'on n'y ait pas ajoute foi. Et c'est fort heureux pour le baron ! Car peut-on imaginer l'existence insupportable que menerait dans la societe envieuse et malveillante des hommes celui qui aurait dans sa vie de tels miracles. On le rendrait responsable de toutes les actions inexpliquees et de tous les crimes impunis, comme on brûlait jadis les sorciers...


LA FEMME : On l'adorait comme dieu


MARCEUIL : Et de quelle liberte ne jouirait-il pas, si l'on pense que, commit-il des crimes, l'incredulite universelle lui fournira ses alibis !


LA FEMME : Alors, monsieur, comment avez-vous ete si pres, tout a l'heure, d'imiter le baron ?


MARCEUIL : Je n'ai rien raconte apres, chere madame, n'etant malheureusement pas de ceux qui ont des aventures qui meritent d'être racontees...


LA FEMME : Quand racontez-vous, alors...avant ?


MARCEUIL : Raconter quoi ? et avant quoi ? Voyons, petite fille, laissons ces < histoires de chasse >, comme dit tres bien notre vieil ami


GOUGH : Bravo, mon cher ! moi, je ne crois qu'a ce qui est croyable


LA FEMME : Je crois a l' Indien.




initial production drawings

la passion



ETANT DONNE - Jesus version

ETANT DONNE - Street corner version

ETANT DONNE - Bike machine version